Littérature jeunesse pour le mois américain

Pour le mois américain de Titine, je débute avec un billet consacré à la littérature jeunesse qui évoque l'Amérique ou écrite par des auteurs américains. De belles trouvailles que je vous recommande.

Dans l’Amérique sudiste du début des années 1950, Sam et son petit frère Josh voient leurs parents assassinés par des blancs, parce que, noirs, ils ont osé demander d’exercer leur droit de vote. Les deux enfants sont placés chez leur tante, Rosa Parks, à Montgomery en Alabama. Sam s’imprègne du mouvement de non-violence initié par sa tante et le pasteur Martin Luther King, tandis que Josh préconise la lutte armée pour mettre fin à la ségrégation. Sam entreprend des études de droit pour devenir juge. Avec quelques amis, il met sur pied des « voyages de la liberté » au cours desquels les noirs font valoir leurs droits. Il suit Martin Luther King dans ses luttes à Birmingham, Washington…

1912. Marcello et son père quittent l’Italie pour les Etats-Unis, et l’espoir de faire fortune en plantant des citronniers en Californie. Durant le voyage en paquebot, le père tombe à l’eau. Une fois à New-York, Marcello – devenu Mark pour l’administration - tente de le retrouver, tout comme la jeune Antonia veut se découvrir des parents adoptifs. Marcello est repéré par une réalisatrice de films, et les deux enfants font route vers Hollywood. En devenant star de cinéma, Marcello pense que son père le verra et le rejoindra.

 

En 2020, la frontière des Etats-Unis et du Mexique est matérialisée par un mur. Une chaîne de télévision a l’idée d’un jeu de téléréalité consistant à lancer 200 candidats à l’immigration dans une course-poursuite avec les forces de l’ordre. Les perdants sont tués ou capturés, le gagnant obtient de l’argent et un visa américain. Diego décide d’y participer pour rembourser les dettes de son père auprès de la mafia locale. Avec Pablo, Chico et Guadalupe, il va découvrir Angel Town, une ville souterraine de clandestins. Un secret qui intéresse bien la police…

 

 

Nous sommes en 1893, la jeune Cissy Sissney s' installe avec sa famille à Florence, un territoire du Nord-Ouest de l’Oklahoma ouvert à la colonisation par le gouvernement. Avec les autres pionniers, ils doivent relever le défi de bâtir une ville sur un terrain aride, et lorsque le président des Chemins de fer décide qu’aucun train ne s’arrêtera à Florence, pour punir les habitants d’avoir refusé la vente de leur terrain, c’est le coup de grâce. Le roman raconte la lutte de toute une population unie par un même rêve et par son courage contre les intérêts d’un industriel puissant et corrompu. Ce long récit est rendu vivant par une multitude de personnages au caractère bien trempé, par une intrigue bien menée et par l’humour dont fait preuve Geraldine McCaughrean, qui raconte avec brio la formidable expérience humaine que fut la conquête de l’Ouest.

Nine Eleven est le numéro des urgences aux Etats-Unis. C’est aussi la transcription du jour et du mois où débute le nouveau récit de Jean-Jacques Greif : le 11 septembre. L’auteur a ici choisi de décrire les vingt heures correspondant à cette date, devenue désormais historique, le 11 septembre 2001. Une classe d’adolescents, une mère qui conduit son enfant à l’école, un homme qui doit livrer un projecteur, voici donc ces new-yorkais de tous âges et de toutes origines qui sert de fil conducteur à ce récit documentaire. Tout bascule lorsque deux avions de ligne viennent s’écraser sur les tours du World Trade Center. D’un chapitre à l’autre, l’auteur nous présente deux mondes (réparables par une typographie différente). La vie des différents personnages et leurs réactions face au drame. La survie des employés piégés dans les bâtiments lors de cette tragédie. Un hyperréalisme au cœur de l’actualité.

 

Mary Jolie est un très belle femme qui vit en Louisiane. Belle femme, mais aussi forte tête. Sa mère, lasse de ne pas la voir marier, organise un concours. C'est un gentleman qui remporte la victoire. Il gagne le droit d'emmner sa nouvelle fiancée. Mais sur le chemin, Mary Jolie se rend compte que son futur époux est le diable en personne. Mary est trop indépendante ; elle brisera ses châines et de sa fuite naîtra le fleuve Mississipi. Une belle mise en page pour ce conte populaire cajun.

Merci à la maison d'édition Ricochet chez qui j'ai pioché ces belles découvertes.

 

Je ne résiste pas à en proposer un dernier, certes difficile à lire pour certains ados mais, quelle merveille !

Retour à l'accueil