La Confrérie des moines volants, Metin Arditi

La Confrérie des moines volants, Metin Arditi, éditions Points, collection Grands romans

2013, 260 pages

Genre : récit historique

Thèmes : régime stalinien, foi, mission, art, transmission

 

L'auteur en quelques mots ...

 

Metin Arditi, né le 2 février 1945 à Ankara, est un écrivain suisse francophone d’origine turque. Après avoir a quitté la Turquie à l’âge de sept ans, il étudie à Lausanne. Spécialisé en génie atomique, il poursuit ses études à l’université Stanford. Créateur de deux fondations : la fondation Arditi qui attribue une quinzaine de prix annuels aux gradués de l'Université de Genève et de l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne et qui a racheté et offert à l'Université de Genève le Cinéma Manhattan, une salle avant-gardiste classée Monument Historique et désormais appelée Auditorium Fondation Arditi; mais aussi la Fondation « Les Instruments de la Paix-Genève », qui favorise l’éducation musicale des enfants de Palestine et d'Israël. Metin Arditi est aussi auteur d’essais, de récits et de romans et a reçu de multiples prix.

 

L'histoire :

" Entre 1918 et 1938, le régime soviétique a détruit, pillé ou vendu à l'étranger tout ou presque de ce que l'Eglise russe comptait comme trésors.

Plus de mille monastères furentfermés. Beaucoup, comme celui de Saint Eustache(...) vidés de leurs occupantset transformés en goulags.(..) Et les milices du NKVD exécutèrent plus de deux cent mille prêtres, moines et moniales.

Ce livre raconte l'histoire de Nikodime kirilenko, l'un des ermites de saint Eustache, qui, au côut de sa vie, a soustrait au régime bolchevique parmi les plus beauc trésors d'art sacré que comptait la région de St Pétersbourg, appelée alors Leningrad."

 

1937. "Ils sont tous morts". Cinq églises et leurs occupants, ssassinés au Golgotha. Nikolai et son frère Sergei sont terrifiés et se tournent vers Nikodime pour comprendre, mettre des mots sur leur épouvante. Nombre de leurs camarades ermites sont morts.

Nikodime perçoit l'enjeu de ce qui se passe mais est encore plus troublé par ses rêves, ou plutôt ces cauchemars qui l'assaillent et lui rappellent un passé qu'il souhaite oublier. Pour expier ses péchés il meurtri son corps, s'inflige des supplices qui ne changent pourtant rien aux pulsions qui l'animent. Des pulsions sexuelles refoulées qui le torturent. 'Ainsi sa vie se partageait entre solitude et suppliques". Et cette fille , Irina, qui n'a de cesse de venir l'observer alors qu'il entreprend de creuser une cache pour chaque objet précieux qui sera soustrait au régime stalinien... Des actions des moines de Nikodime naitra les confrérie des moines volants.

2000. Le père de Mathias vient de mourir, un père dont il se sentait proche mais qu'il ne connaissait pas vraiment. C'est ce que vont révéler les événements des jours suivants, qui vont le plonger dans la plus grande perplexité. Comment n'at-il pas su, lui, son fils que son père s'était converti à la foi orthodoxe ? Pourquoi n'a-t-il jamais su que son père créait des icônes qui partaient pour la Russie ? Quelles révélations encore sur ses origines ? Et ce document traitant de la confrérie des moines volants, laissé dans un meuble fabriqué par son père ...

 

En vrac et au fil des pages ...

 

C'est un roman surprenant que celui-ci. D'abord par sa taille car je pensais que le sujet appelerait un récit plus ample. Mais la concision choisie par Metin Arditi l'oblige à aller à l'essentiel. Chaque parole ou pensée des personnages prend alors sens et les sentiments qui torturent Nikodime nous sont révélés dans toute leur violence.

Car on ne sait si l'on doit apprécier ce personnage , grâce à qui des dizaines de trésors vont être sauvegardés, ou le détester pour se spensées obscures, sexuelles, qui semblent l'attirer vers des excés qui ne nous serons dévoilés qu'à la fin. Son secret révèlera son origine dans son enfance et , à ce moment là, le lecteur le prendra en pitié, lui qui a vécu avec cela pendant tant d'années et n'a pu se libérer de ses démons.

Les démons, sans doute le fil conducteur du roman. Les démons intérieurs mais aussi ceux qui sommeillent en ces hommes avides de sang, soldats d'un régime destructeur. L'histoire rejoint l'Histoire avec un grand H et nous dévoile les tensions, les espoirs de ces moines qui vont braver leur peur, mettre leur talent au service du vil, un vol salvateur.

Le récit de Nikodime se double, dans une deuxième partie, de celui de mathias. On ne comprend pas très bien au départ quel lien les unit, mais le décès de son père et les multiples découvertes qu'il va faire sur ses origines russes, vont nous entrainer au coeur d'un secret de famille qui, des années plus tard, va faire ressurgir des objets que l'on croyait à jamais perdus. Cependant les enjeux du nouveau millénaire nous entrainent dans une Russie actuelle qui m'a moins passionnée. Le nationalisme qui l'anime dresse un portrait peu ragoutant , mais il fallait cela pour expliquer en quoi la quête des objets soustraits aux bolcheviks est importante.

J'ai aimé les différents portraits qui émaillent la première partie, ces moines au passé complexe, aux vies si différentes, qui forment une famille, une fratrie unie par un même sentiment d'urgence. un petit côté trucculent et plein d'humour lorsque le nom de leur confrérie est choisi pour cette cause noble qui les amène tout de même à voler, fait apparaitre leurs actions dans les journaux, les poussent à agir dans une sorte d'euphorie qui gomme un instant les actions parallèles des bolcheviks.

Un récit que je vous recommande.

 

Retour à l'accueil