La Sage-femme de Venise, Roberta Rich

La Sage-femme de Venise, Roberta Rich, éditions France Loisirs, 2012, 346 pages

Genre : roman

Thèmes : Italie, quartier juif, XVI°S, médecine, religion, ségrégation

 

L'auteur en quelques mots ...

Née à Buffalo en 1946, Ancienne avocate, Roberta Rich signe ici son premier roman. Elle partage sa vie entre Mexico et Vancouver. The Harem Midwife propose de nouvelles aventures pour Hannah Levi, héroine de ce premier opus.

 

L'histoire

Hannah vit dans le quartier réservé aux juifs, à Venise. Elle y exerce le métier de sage-femme et est connue pour avoir inventé un nouvel outil facilitant l'accouchement  : des cuillers d'accouchement. Lorsque le Comte Paolo Padovani, riche chrétien, vient réclamer ses services, elle refuse dans un premier temps, redoutant ce qui pourrait advenir d'elle. La loi n'est pas tendre avec les juifs en cette année 1575 et elle risque gros. Seul le souvenir de son époux, Isaac, emprisonné et conduit à Malte par les chevaliers de l'ordre de malte, la pousse à accepter. Il faudra en effet payer une rançon pour lui permettre de rentrer. Mais quitter le ghetto représente déjà une épreuve.

A Malte, Isaac vient d'échapper à un triste sort, sauvé par une religieuse qui entend le convertir au catholicisme. Devant son refus, elle menace de le reconduire auprès du marchand qui souhaitait l'acquérir en tant qu'esclave. Isaac ne peut pourtant se résoudre à nier sa religion.

Au chateau comtal, Hannah découvre Lucia très affaiblie par le travail qui a commencé depuis la veille et hésite à utiliser ses cuillers d'accouchement, perçus comme outils de sorcière et qui pourraient lui coûter la vie s'ils étaient découverts. Pourtant le bébé est mal engagé et mère et enfant peuvent mourir à chaque instant. il faut à présent prendre une décision qui pourrait faire basculer sa vie.

 

En vrac et au fil des pages ...

Voici un roman qui se lit facilement. L'on tourne les pages et l'on découvre ce que fut la vie des juifs au XVI°S à Venise, alors que les ghettos ont été instaurés depuis 1516. Le style est fluide, sans surprise.

Les données historiques n'alourdissent pas le récit. Aux côtés du Comte qui incarne l'ouverture d'esprit de quelques chrétiens, ses frères , avides de pouvoir, fomentent un complot. La succession est un enjeu qu'ils souhaitent mettre à leur avantage, ce qui alimente l'intrigue. Mais j'ai surtout apprécié les détals sur les divergences ehtre les deux religions, les interdits, les croyances qui se présentent comme des obstacles pour Hannah, alors même qu'elle tente de les surmonter pour venir en aide à une chrétienne. L'idée même de la naissance et de la mort n'est pas perçue de la même façon par les juives et les chrétiennes.

Le récit alterne les points de vue d'Isaac et Hannah. Isaac ne devra son salut qu'à son intelligence. On découvre avec ce personnage les marchés aux esclaves. A cette époque la grande majorité des prises s’effectuant par guerre ou en mer, elles touchent des populations presque uniquement masculines (marins, corsaires, soldats).Le travail des galères est l’activité la plus importante, et concerne au cours du second XVIe siècle une majorité toujours plus grande d’esclaves, qui appartiennent tous ou presque à l’Ordre.

 

Retour à l'accueil