Le Chant des sorcières, tome 2, Mireille Calmel

Le Chant des sorcières, tome 2, Mireille Calmel, éditions France Loisirs, 2009, 492 pages

Genre : roman fantastique

Thèmes : sorcières, mythe, mélusine, enfant, prophétie, amour, alliances

 

L'auteur en quelques mots ...

 

Retrouvez la biographie de Mireille Calmel sur le billet du premier tome

 

L'histoire

Matthieu a rejoint les pillards suite à la malédiction qui a fait se jeter sur lui l'épervier, lancé par Marthe la harpie. Mutilé, le jeune homme n'a pu poursuivre son apprentissage au sein des chevaliers et, son mariage avec Algonde compromis, il a préféré fuir.

De son côté Algonde a suivi Philippine et quitté Sassenage. Les liens forts qui unissent les deux jeunes femmes accordent à Algonde une place de choix auprès de la jouvencelle. Désormais elle sera élevée au rang de dame de compagnie tout en accomplissant son travail de servante de Philippine. Mais dans leur entourage la maléfique Marthe attend son heure, car, nul n'en doute, la prophétie se réalisera.

De fait, Guy de Blanchefort a demandé à Jacques de sassenage, d'accueillir chez lui le prince Djem. Refusant dans un premier temps, Jacques se laisse séduire par le jeune homme. Il n'est pas le seul. Philippine s'éprend du jeune prince et lance ainsi la prophétie. Pourtant, Philibert de Montoison entend bien épouser la jeune femme, de gré ou de force.

De son côté, Mounia qui a fui pour échapper à la colère de Djem, possède un des flacons empli de l'elixir de vie. Sauvée par Enguerrand à l'approche de Rhodes, elle accepte de le suivre, leurs vies étant désormais scellées par le complot ourdi contre Hugues de Luirieux. Désormais unis, ils vont révéler la légende des Hautes Terres.

Algonde comprend peu à peu les tenants et aboutissants de l'histoire en découvrant qui se cache derrière le visage de la sorcière, celle-la même qui a veillé sur eux tous depuis leur enfance. Dès lors la féérie qui entoure les trois flacons, chacun en possession d'une personne différente, veut que le pouvoir des trois s'accomplisse. Seule Algonde détient la vérité et est garante de leur avenir. D'autant plus que l'enfant qu'elle attend de Matthieu jouera un grand rôle dans leur destin et qu'elle-même se découvre des pouvoirs magiques.

 

En vrac et au fil des pages ...

Ce tome est plus riche que le premier. Le style est toujours aussi fluide mais sert ici une histoire qui devient complexe. Trois histoires s'entremêlent : celle d'Algonde, Philippine et matthieu, celle de Jeanne de Commieux, qui recouvrera peu à peu la mémoire, celle enfin de Mounia et Enguerrand, couple pour lequel le lecteur ressent de l'affection bien qu'il semble détaché des autres destins.

Le puzzle se constitue. Des personnages dont on comprenait qu'ils avaient une face obscure, se révèlent, comme la sorcière dont on apprend le lien avec Mélusine et Plantine ( qui se cache sous les traits de Marthe, la Harpie).

L'on est donc plongé au coeur de la magie, que sous-tend la légende des Hautes Terres. En effet, plusieurs mythes se croisent, allant de récits moyenâgeux aux légendes d'Orient. C'est sans doute ce qui happe le lecteur et l'entraine. On a envie d'en savoir davantage, de découvrir ce qui se cache derrière ces mystères, de percer à jour Marthe et sa soeur. La force de l'auteur est d'avoir organisé une lignée de fées et sorcières dont les actes ont des répercussions sur les générations suivantes. L'enfance y tient une large place.

Je regrette simplement que le lexique ne soit pas à la hauteur, bien que dans ce tome 2 Mireille Calmel l'ait davantage travaillé pour coller à la période historique. Le tout se lit très vite et est agréable à découvrir.

 

Retour à l'accueil