Point final, William Lafleur

Point final, William Lafleur, éditions Michel Lafon, 2016, 171 pages

Genre : roman

Thèmes : décès, voyeurisme, famille, miroir, deuil

 

L'auteur en quelques mots ...

 

William Lafleur est professeur d'anglais en banlieue parisienne.

Connu sur Twitter par son pseudonyme Monsieur Le Prof, il est auteur du blog BD Partenaires Particulières.

site de l'auteur: http://monsieurleprof.com/ 

Merci à Livraddict et aux éditions Michel Lafon pour ce partenariat

 

L'histoire :

" Ce matin je suis mort. J'ai mis un point final à cette vie et il n'en sera pas question dans les journaux."

Pas un mot dans les journaux car le défunt est un homme lambda, père de famille, marié, un inconnu qui pourtant va nous entrainer sans sa folie."En réalité, je suis seul, bien vivant, trop vivant, devant mon ordinateur, à écrire ce message".

Organisant sa propre mort, puis sa vie après son trépas, il observe chaque jour sa famille qui sombre peu à peu. Sa femme, qui va devoir annoncer la nouvelle à ses enfants. Son fils qui sera le plus dur de tous et ne s'écorulera pas. Sa fille qui s'enfermera dans le mutisme.

Pourquoi ? Pour disparaitre sans le faire vraiment, pour observer sans être vu, comprendre sa propre famille, échapper à une vie qui l'ennuyait...

Mais au fil des jours l'ennui pèse également sur sa nouvelle vie. Rien à voir, sinon le chagrin, la désolation, le silence, l'enfermement de chacun. Que croyait-il voir au fond ?

" Peut-être que j'espère que quelqu'un me regarde à mon tour, de l'autre côté du miroir. Peut-être est-ce vous ?"

En vrac et au fil des pages ...

 

" Le 13 janvier 2010, dans l'anonymat d'Internet, un blog a été créé parmi des millions d'autres. Il n'a reçu aucune publicité, sinon un bouche à oreille discret, pour attirer un lectorat réduit mais fidèle. Le 28 janvier de cette même année, il s'est éteint sans plus de bruit".

Une farce ? une expérience ? je ne sais comment qualifier l'idée de William Lafleur mais le subterfuge a quelque peu fonctionné puisque des internautes se sont piqué au jeu, par curiosité, par effroi devant la manoeuvre, certains y croyant, d'autres pas. Qu'importe, l'auteur le dit lui-même dans son livre : " Sachez juste qu'internet est un nid de désespérés sur qui l'on peut compter". "Ce qui est intéressant c'est que les internautes qui viennent se perdre ici sont eux-mêmes isolés devant leur écran et partagent mon occupation : la lecture des signes".

Au départ le narrateur décortique les journées de sa famille, note les heures, les activités. mais rapidement l'ennui s'installe et pour cause. On se demande ce qu'il attendait, peut-être une révélation, quelque chose qui pimenterait sa nouvelle vie de voyeur. On ressent un côté malsain à l'observation de l'intimité de ses enfants. Ici le pari de faire ressentir une émotion au lecteur est réussi.

Tel est pris qui croyait prendre, l'internaute se laisse happer par l'histoire qui est distillé sur le blog au fil des jours.

Le problème est que cette idée qui a pu séduire sur le net perd sa saveur sur le papier. Je pense que c'était une erreur de vouloir sortir cela sous la forme d'un roman. Certains écrits doivent rester sur la toile qui leur a donné naissance, tout simplement parce que le format convient mieux. ici, on lit cette histoire sans y croire, rapidement ( moins d'une heure de lecture) ,sans avoir le temps de s'attacher aux personnages. C'est dommage et sans doute l'auteur aurait-il pu retravailler l'intrigue, la développer, lui donner la substance que nécessite le support papier.

On touche à différents thèmes : le voyeurisme bien entendu mais aussi notre propre position de lecteur et d'internaute. La famille, ses petits secrets ( mais ici aucun secret ne sera révélé, ce qui semble bien être le problème posé au narrateur qui espérait sans doute mieux). La routine, ce que l'on fait de nos vies, ce qu'on en attend, est également un thème intéressant mais peu fouillé. Une autre idée interessante lorsque le père de famille, comprenant la tristesse de sa fille, entreprend de la contacter sous couvert d'anonymat pour l'aider à se reconstruire et comprend qu'elle est en train d'imaginer une toute autre personne, sans doute une autre relation ( et oui c'est une ado). On découvre alors la vulnérabilité de la jeune fille, comme de toute ado. Là encore cela n'est pas développé...

Au final on apprécie l'idée, le dossier final qui reprend quelques réactions d'internautes. On découvre un homme sympathique à travers son blog M le prof ( à, des années lumière d'ailleurs de cet écrit-là !), mais ce roman n'est pas assez travaillé à mon sens et j'en ressens d'ailleurs dé dépit . J'avoue m'être demandé pour qui on prenait le lecteur en lui refilant une histoire qui a fait le buz sur le net sans chercher à lui donner une autre vie sous la forme d'un roman, juste un copier coller. Puis je me suis dit que, peut-être l'auteur souhaitait nous faire ressentir l'ennui éprouvé par le personnage. La fin aurait pu émouvoir avec un réel travail des sentiment en amont.

 

Pour autant je vous invite à découvrir le blog fou fou de M Le Prof ;)

 

Retour à l'accueil