L’Île des beaux lendemains, Caroline Vermalle

L'Ile des beaux lendemains, Caroline Vermalle, éditions Pocket, 2014, 255 pages

Genre : roman

Thèmes : famille, amours, jeunesse, mariage, île d'Yeu, temps

 

L'auteur en quelques mots ...

Née en 1973, Caroline Vermalle est une voyageuse, férue de dépaysement, d’aventure et de cinéma. 
Cette fille de pilote de chasse déménage dix fois avant de quitter le cocon familial à 17 ans. Elle décroche ensuite le diplôme de l’Ecole Supérieure d’Etudes Cinématographiques. 
Puis elle s’exile à Londres à 21 ans. Outre-manche, elle est embauchée par la BBC où elle grimpe les échelons et devient productrice associée. 
Et quand, en 2006, Caroline a enfin réalisé son rêve en faisant carrière dans la production audiovisuelle de documentaires, elle épouse un architecte sud-africain. Elle démissionne de la BBC, et déménage en France en décembre 2007. 
À trente-cinq ans, Caroline Vermalle publie son premier roman aux éditions Calmann-Lévy. 
Elle a reçu le prix Nouveau Talent 2009 de la Fondation Bouygues Telecom - Metro. (source carolinevermalle.typepad.fr)

L'histoire :

 

" Du vaste monde, ce jour de juin, je ne connaissais encore que les pierres du petit muret, là-bas, à côté du vieux gourgon citroen. J'étais né deux jours auparavant.(...) A cette époque, je ne m'étais pas encore aventuré près de la maison aux parfums d'épices au fond du jardin."

Alors que ses amis, Paul et Renée, lui font la surprise de fêter son anniversaire, Jacqueline prend la décision de partir quelques temps sur les traces de son passé. Sa cousine, sa chère Nane, vit sur l'île d'Yeu. De souvenirs en souvenirs, Jacqueline revoit sa tendre amie, si belle, et ressent le besoin de renouer des liens distendus depuis des années. Depuis 1953 pour être exact. A 73 ans, elle quitte le domicile conjugal, à la surprise de son époux, Marcel.

"Alors quand j'ai senti cette vibration étrange qui chatouillait mon envol, je me suis d'abord dit qu'elle venait de l'océan. Puis je l'ai vue. Celle que nous attendions tous."

Cependant son arrivée sur l'ile n'est aps telle qu'elle l'espérait. Nane a changé. Méconnaissable, elle l'accueille toutefois dans sa demeure dans laquelle s'arrête souvent des amis de passage, ceux aussi qui souhaitent se reposer, méditer, reprendre des forces. La maison de Nane a ce don. mais elle recèle aussi bien des secrets, des souvenirs dans lesquels jacqueline plonge avidement. Une vie passée, rêvée peut-être. Une année, 1953 ...

De l'autre côté d l'océan, Marcel, son mari, sait qu'elle ne reviendra pas et entreprend d'aller la chercher. Se confiant à Paul, son ami, il lui confie un rêve de jeunesse, un rêve fou : descendre la Loire en nageant. Il ne sait pas encore ce qui l'attend dans ce périple ...

 

En vrac et au fil des pages ...

L'écriture est douce et appelle au murmure. J'aime cette qualité.

Caroline Vermalle prend le parti original de faire raconter l'histoire à un papillon, instruit par les vents : Apéliote, Zéphyr, ...C'est lui qui nous rapporte l'histoire de Jacqueline.

Sa vie est pourtant éphémère, ce qui rend sans doute l'urgence du temps qui passe.

A 73 ans, on pourrait penser que Jacqueline a une vie établie et en est heureuse. Mais c'est que pendant 56 ans , elle n'a cessé de penser à un autre, celui qui aurait du devenir son compagnon si ...

Le vent emporte les secrets et les transmet à qui sait les entendre. On découvre alors que Jacqueline a toujours vécu dans le passé ; elle qui n'a jamais pu avoir d'enfants parraine ceux des autres, des enfants du Bénin à qui elle envoie des livres, dont elle suit les études, les progrès. Mais de tout cela son mari en sait rien. Pourquoi ?

Le lecteur le découvre peu à peu, comme les pages qui se tournent, alors que notre héroine perd pied en retrouvant celle dont elle a été si proche mais qui a bien changé, par chagrin sans doute.

Chaque personnage entreprend une introspection et prend en main les renes de sa destinée, sous l'oeil bienveillant des papillons du jardin qui, eux, n'auront pas la chance de survivre au lendemain mais profitent de chaque instant, du présent. Ainsi va la vie. Une leçon de pleine conscience sans doute !

L'île d'Yeu est un personnage à elle seule, ses paysages vibrants.

C'est une très beau récit sur le temps qui passe, l'urgence de vivre pleinement, les liens, un récit léger dont on ressort apaisé.

 

Merci à Collibris pour cette belle découverte.

 

Retour à l'accueil