Les Douze indices de Noël, P D James

Les Douze indices de Noël, P D James, éditions Fayard, collection Littérature étrangère, 2016, 193 pages

Genre : nouvelles policières

Thèmes : meurtre, mystère, enquête, Noël,famille

 

L'auteur en quelques mots ...

 

 

Phyllis Dorothy James ,  née le août 1920 à Oxford et décédée le novembre 2014 (à 94 ans) dans la même ville, est un écrivain britannique notoire, auteur de romans policiers.

À vingt et un ans, elle épouse Connor Bantry White, qui sert dans le corps médical de la Royal Army, et dont elle aura deux filles en 1942 et 1944.

Elle quitte son emploi pour élever ses enfants. Malheureusement, son mari revient traumatisé des Indes, et jusqu'à sa mort en 1964, il partage sa vie entre les hôpitaux psychiatriques et sa maison. Pour nourrir ses deux filles et assurer la vie quotidienne, Phyllis doit reprendre le travail. D'abord employée de bureau à l'hôpital de Paddington, elle suit les cours du soir pour gravir les échelons de l'administration médicale.

Par ailleurs, elle souhaite écrire depuis longtemps. Menant tout de front, elle s'attelle alors à la tâche, tous les matins entre six et huit heures.

Son premier roman, Cover Her Face (À visage couvert), paraît en 1962, son dernier Death Comes to Pemberley (La mort s'invite à Pemberley) en 2011.

Elle obtient le grand prix de littérature policière en 1988 pour son roman A Taste for Death (Un certain goût pour la mort).

Elle est anoblie en 1990 par la reine Élisabeth II, qui la fait baronne James of Holland Park.

 

L' histoire :

Le recueil contenant quatre nouvelles, je vous en livre deux.

Les Douze indices de Noël

Alors qu'il se rend chez sa tante le soir de Noël, le célèbre inspecteur de Scotland Yard, promu sergent depuis peu, Adam Dalgliesh , se retrouve face à un inconnu agitant frénétiquement les bras, au bord de la route.Il " crut un instant avoir été entrainé par quelque sortilège dans une de ces histoires de Noël propres à assurer un petit frisson de saison aux lecteurs d'un hebdomadaire haut de gamme" !

Pourtant l'homme qui se tient devant lui est tout ce que l'on peut trouver de plus réel et lui annonce sans préambule le suicide de son oncle à Haskerville Hall. Mais la famille que s'apprête à découvrir Dalgliesh n'a rien de sympathique et les soupçons sont forts en cette nuit de Noël. Le manoir qui les accueille relève lui-même d'une nuit d'horreur!

Collectant lui-même les indices en attendant la police, Dalgliesh espère rentrer chez sa tante, où l'attend un repas de fête. Mais c'est sans compter sur l'inspecteur Peck. L'étrange affaire du cracker de Noël est en marche ! 

 

Un crime très ordinaire

 

Lorsque le vieil homme arrive à l'agence immobilière, prétextant vouloir visiter un appartement, la jeune femme qui le reçoit semble perplexe. Nul doute que cet homme n'achètera pas. Et quel nom ! Ernest Gabriel. Elle lui confie pourtant la clé " il pouvait bien la garder une semaine, ça ne lui ferait ni chaud ni froid."

Il faut dire que le logement en question n'a d'appartement que le nom. Mais Gabriel est là pour une toute autre raison. Cela fait seize ans qu'il n'a pas remis les pieds dans ce lieu.

C'est de là que, seize ans auparavant, il avait observé Denis Speller et Eileen Morrisey interpréter leur petite tragédie ordinaire jusqu'à son terme" ...

 

En vrac et au fil des pages ...

Je garde les deux autres histoires pour l'année prochaine ;)

La première m'a plu car m'a permis de découvrir l'inspecteur Dalgliesh que j'ai hâte de découvrir dans la série composée par P D James, une saga so british comme je les aime. Evidemment, le format de la nouvelle accélère, comme souvent, l'intrigue. Néanmoins, à la manière d'Hercule Poirot, l'inspecteur collecte les indices qui, mis bout à bout, dénoncent les coupables.

L'ambiance de Noël apporte un petit plus. On devine Dalgliesh gourmand mais, comme lui, on n'aura pas droit au fameux repas de sa tante !

La seconde histoire choisie est plus complexe et j'avoue qu'elle m'a beaucoup plu. Je ne peux en dire trop de peur de dévoiler une intrigue bien construite qui nous mène par le bout du nez du début à la fin. On y découvre cependant ce que l'égoisme peut engendrer de lâcheté. Surprise finale assurée !

 

 

Retour à l'accueil