Suite française, Tempête en Juin, Emmanuel Moynot

Suite française, Tempête en Juin, Emmanuel Moynot, éditions Folio, collection BD, 2016, 224 pages

D'après le roman d'Irène Némirovsky

Genre : bande dessinée

Thèmes : guerre, débâcle, exode, privilèges

 

L'auteur en quelques mots ...

 

 

Dessinateur et scénariste français, né en1960, Emmanuel Moynot aime à se définir comme un "auteur de récits".

Le grand public l'a découvert pour sa reprise en bande dessinée de Nestor Burma d'après les romans de Léo Malet sur une demande de Jacques Tardi.

L'univers de ses albums est sombre voire fataliste. Attachant une importance aux personnages et aux décors, ses thèmes de prédilection sont « l'erreur » (L'enfer du jour), « la méprise amoureuse » (À quoi tu penses ?Pendant que tu dors mon amour), la solitude des hommes (Bonne fête Maman !Monsieur KholL'année dernièreL'heure la plus sombre vient toujours avant l'aube) ou la difficulté de la création artistique (Oscar & Monsieur OAnatomie du désordre) .

Il a aussi traité du thème de l'anarchie à travers l'itinéraire du personnage d'Augustin au tournant du xxe siècle dans Le temps des bombes (1992 à 1994).

À partir de 1993, il travaille avec le scénariste Dieter et crée avec lui les aventures du Vieux fou (1999 à 2001) autour du personnage de Javier, un ancien de la lutte contre le franquisme, kidnappant un enfant pour payer ses vieux jours.

Parallèlement à sa carrière d'auteur et de scénariste de bande dessinée, il est musicien. Auteur-compositeur, chanteur et guitariste, il a officié un temps au sein de la formation Mataluna.

Après avoir habité à Paris, il réside à Bordeaux depuis 2003.

(source wikipedia)

L'histoire

Paris, 4 juin 1940. On se prépare à l'entrée des allemands dans la Capitale. Les journaux titrent les avancées ennemies, les victoires des alliés. L'armée du Nord tient bon, jusqu'à quand ?

La famille Péricaud se prépare à partir. Mais alors que le fils ainé, Philippe, prêtre, doit accompagner les orphelins de l'Oeuvre, son frère Hubert, plus jeune, envisage de se battre aux côtés des soldats qui repoussent les allemands. Ne se sentant pas pris au sérieux par ses parents, il fugue en pleine nuit.

Parallèlement, Gabriel Corte, écrivain qui vit dans sa bulle, entouré de ses personnages, ne prend pas la mesure de la situation. Sa femme, paniquée, l'incite à fuir également.

Les Michaud quant à eux, employés par la Banque Corbin Furières, sont pressentis pour bénéficier de la voiture de leur patron afin de quitter la ville. Malheureusement, à la dernière minute, ce dernier leur fait faux bond, les contraignant à poursuivre à pied leur périple jusqu'à Tours où a lieu le rendez-vous. Eux qui croient avoir perdu leur fils, qui sont sans nouvelle, vont se retrouver sur la route, mêlés à la France qui fuit.

Chacun de son côté va tenter d'échapper à l'invasion allemande, abandonnant ses biens. Mais la guerre efface les privilèges,place tout le monde sur la route, au même niveau, ce que ne supportent pas certains, comme Charles Langelet ...

En vrac et au fil des pages ...

 

Souhaitant lire le roman d'Irène Némirovsky, j'ai sauté sur l'occasion d'entrer dans l'univers décrit par la BD d'Emmanuel Moynot, avant de me plonger dans le récit.

Le format laisse nécessairement une petite déception, tant l'on voudrait en savoir plus sur les personnages. J'ai eu l'impression de lire une nouvelle, sans avoir le temps de m'attacher aux personnages. Pourtant certains retiennent l'attention, par leur comportement odieux ou au contraire par l'émotion qu'ils dégagent.

Les planches en noir et blanc invitent, par le trait vif, à saisir le mouvement de fuite, l'exode. Pour autant l'expression des visages transparaît, les cadrages laissent entrevoir un travail cinématographique intéressant, de plans d'ensemble ou de vue en plongée qui animent le récit.

Peut-être l'auteur a-t-il voulu , dans ce condensé, nous plonger sur la route et nous faire ressentir le temps qui passe à une vitesse folle, les destins qui s'entremêlent. On tourne la dernière page et l'on aurait, évidemment, aimé que l'histoire d'amour entre Jean Marie Michaud et Madeleine puisse exister, que la guerre ne soit pas si absurde, que les comportements ne fassent pas basculer les hommes dans la bestialité ou l'égoisme.

C'est donc une tranche de vie que nous propose Emmanuel Moynot, sans concession. Au sentiment d'urgence, ressenti dès le départ , succède une poésie désabusée dans les dernières pages, l'après, l'attente ...

 

Merci, pour ce partenariat, aux éditions Folio qui ont eu la gentillesse de glisser dans l'enveloppe un petit cadeau. Merci à Livraddict pour la proposition de partenariat.

 

Retour à l'accueil