Les chroniques de Nadia Tesla, tome 1 : Le garçon qui venait du réacteur , Orest Stelmach

Les chroniques de Nadia Tesla, tome 1 : Le garçon qui venait du réacteur , Orest Stelmach, éditions Smart Catherine,  2017, 402 pages.

Traduction de Martin Rouillard 

Genre : thriller

Thémes :  Ukraine, Tchernobyl,  mafia, enquête, 

 

L'auteur en quelques mots ...

 

 

Orest Stelmach est né au Connecticut de parents ukrainiens. Il ne parlait pas l’anglais avant de commencer l’école et termina ses études diplômé du collège de Darthmouth et de l’Université de Chicago. Durant son parcours, il gagna sa vie en lavant la vaisselle et en réapprovisionnant les étalages des grands magasins, avant d’enseigner l’anglais au Japon et de gérer des investissements internationaux. En 2012, sa nouvelle « In Persona Christi » fut publiée dans l’anthologie "Vengeance" par Mystery Writers of America. Il parle ukrainien, espagnol et japonais. The Boy from Reactor 4 est son premier roman.

Merci à Livraddict et aux éditions Smart Cat pour ce partenariat qui m'a permis de découvrir cet auteur.

L'histoire

"Tout peut arriver à New York "

Nadia arpente les rues, à la recherche de son rendez vous.  Un homme lui a en effet téléphoné,  prétextant avoir côtoyé son père,  un père dont elle n'a pas gardé un bon souvenir. Il s'adresse à elle en ukrainien mais ne veut pas être repéré,  semble nerveux et lui avoue n'avoir pas connu son père mais vouloir la rencontrer elle. Alors que Nadia s'apprête à lui demander une explication,  l'homme s'écroule à terre, touché par une balle. Ses derniers mots, qui évoquent un certain Damien,  un vol et "le destin du monde " sont un mystère pour elle. Pour autant, elle court un danger et doit fuir.

Ainsi débute une aventure qui va conduire Nadia en Ukraine, sur les pas d'Adam, traumatisé par la catastrophe et les radiations de Tchernobyl , détenteur d'un secret qui pourrait changer le monde ...

En vrac et au fil des pages ...

J'avoue ne pas avoir été emballée par ce récit qui mêle aventure et thriller. Je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages et pense que cela tient à l'ambiance plutôt froide, distante, installée dés le départ.  Les descriptions ne permettent pas de plonger dans un récit qui est surtout soutenu par les actions qui s'enchaînent sans répit. 

Pour autant l'histoire est complexe et construite. Les chapitres sont courts ce qui donne un côté haletant au récit.  Nadia, qui n'aurait pu être qu'un témoin, devient  la cible et nous entraîne à sa suite, en Ukraine. Je regrette ici le manque de descriptions qui permettraient d'ancrer le récit dans un univers,  un lieu et la quantité d'informations nouvelles qui arrivent à brûle pourpoint. 

Le second bémol tient à la tournure de certaines phrases. Déformation professionnelle,  je suis sensible à cela. Bien entendu, je ne peux savoir si cela vient de l'auteur ou du traducteur.  Mais cela gâche un peu la lecture.

Malgré cela le lecteur appréciera l'univers mafieux et les rebondissements . Le sujet, bien que la catastrophe de Tchernobyl ait généré de nombreux récits,  est intéressant et l'on en apprend beaucoup sur ce qui s'est passé après. 

Une lecture en demi teinte donc.

Retour à l'accueil