Le Braconnier du lac perdu, Peter May, éditions du Rouergue, 2012, 362 pages

Genre : policier

Thèmes : île des Hébrides, Ecosse, adolescence, amitié, meurtre, amour, enquête, souvenirs

L'auteur en quelques mots ...

retrouvez la biographie de Peter May sur le billet du premier opus

L'histoire :

Désormais établi sur son île natale des Hébrides, Fin McLeod ne fait plus partie de la police. Malgré les tourments du passé, il est revenu dans la vie de Marsaili, mais il semble que le couple n'ait pas encore trouvé la paix. Engagé par Jamie Wooldridge, il est chargé de s'occuper de la sécurité en traquant les braconniers qui sévissent en forêt, aux abords du lac. Et le premier dont veut se débarrasser Jamie n'est autre que Whistler, ami de Fin qui vit désormais reclus au fin fond de la forêt, dans une cabane miteuse. Fin apprend que sa femme est partie avec un autre et que c'est cet homme qui élève sa fille et en revendique la garde. Consterné de voir ce qu'est devenu ce garçon d'une rare intelligence, Fin entreprend de l'aider à récupérer sa fille, une adolescente en perdition qui croit détester son père.

Alors que les souvenirs affluent, les deux compères reviennent sur les événements marquants de leur vie: la découverte de leur lien à travers un événement impliquant leurs ancêtres, la noyade de Fin sauvé in extremis par Whistler, le groupe... Mais c'est en découvrant le corps de Roddy MacKenzie, disparu avec son avion des années auparavant, que tous deux comprennent que ce qu'ils considéraient acquis ne l'est pas. Whistler cache quelque chose, Fin en est convaincu. Comment l'avion de Roddy a-t-il pu se retrouver au fond du lac ?

Parallèlement, s'ouvre le procès de Donald, qui a tué un homme par légitime défense afin de sauver sa famille. Sa femme, qui ne supporte plus les ragots, le regard des ouailles, le quitte, laissant Donald aux bons soin de son ami Fin et des doutes qui l'assaillent.

Tous faisaient partie, durant leur adolescence, d'un groupe de musique celtique, Solas, et avaient accueillis Fin avec réticence. Le passé revient en mémoire, douloureux et émouvant à la fois, pour rappeler à chacun que les erreurs se paient tôt ou tard. Si le groupe a poursuivi son chemin, la belle Mairead en icône charismatique, il a laissé derrière lui des amis éclopés et une histoire troublante. Les vieux démons ont la peau dure ...

En vrac et au fil des pages ...

J'ai apprécié ce troisième tome car le ton est différent, plus sombre, plus profond. On sent que les personnages ont des comptes à régler, que tout n'a pas été dit lors des épisodes précédents et que le passé de Fin est plus complexe qu'il n'y parait. Le paysage est toujours en accord avec les états d'âme et les descriptions donnent vraiment envie de découvrir cette contrée sauvage, brute.

Sa relation avec Marsaili n'est pas au beau fixe, comme on aurait pu l'imaginer, et la réapparition de Mairead n'arrange rien. Le passé de Fin n'en a pas fini de ressurgir et il reste encore beaucoup à régler avant de pouvoir avancer. Si le passé se rappelle à lui, la mort tragique de son fils y fait écho et fait remonter la douleur. Mais c'est une autre enfant qui l'inquiète; la fille de Whistler, désormais séparée de son père et qui vit une véritable crise d'adolescence.

La relation entre Fin et Whistler est prenante car faite de conflits, de rancoeurs mais aussi d'une amitié indéfectible. La mission de Fin en est d'autant plus compliquée. C'est pourtant en découvrant ce qu'est devenu son ami qu'il va parvenir à assembler les pièces du puzzle et comprendre quel secret bien lourd à porter a refait surface lors de la découverte de l'avion de Roddy.

Les destins s'entremêlent, mais la tragédie n'est jamais loin. Ce tome n'est pas un happy end mais permet de résoudre les tensions et finit de dresser le portrait des personnages atypiques que l'on avant appris à aimer.

J'aurais bien aimé que l'on s'attarde plus sur Marsaili ou sur le fils qu'elle a eu avec Fin.

C'est néanmoins une trilogie bien pensé et prenante que nous propose Peter May. Sans doute la relirai-je un jour.

 

Retour à l'accueil