http://www.images-booknode.com/book_cover/177/deux-contes-du-wessex-176878-250-400.jpg

Deux contes du Wessex, Thomas Hardy, éditions folio bilaingue, 2004, 245 pages

Genre : nouvelles

Thèmes : campagne, Wessex, mariage, sorcellerie, destinée, femmes, enfants

 

L'auteur en quelques mots ...

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/6e/Thomashardy_restored.jpg/220px-Thomashardy_restored.jpg

Né en 1840, Thomas Hardy est un poète et romancier anglais. Issu d'une famille modeste du Dorset, au Sud Ouest de L'Angleterre, il suit des études à domicile puis effectue des stages chez un architecte. Quittant le Dorchester en 1862, il remportera à Londres plusieurs prix du Royal institute of british architects. Parallèlement, en autodidacte, il apprend le grec et peaufine son latin. Mais ce sont les lectures de Darwin qui vont révolutionner sa vision des choses, le poussant à abandonner la foi dont il portera le deuil toute sa vie. Dès lors, animé par la poésie et mal à l'aise au sein de la société londonienne, il rejoint son Dorset natal et se consacre à l'écriture. Ses romans et poèmes sont dits trop sombres mais apportent un nouveau souffle au courant naturaliste. Son roman Tess d'Urberville signe en 1897 un tournant dans sa carrière. Ses personnages, torturés ou au contraire fermement résolus mais en marge ( on pense à la critique du mariage dans Jude) le positionnent comme un précurseur.  Il les fait d'ailleurs évoluer dans un monde imaginaire, le Wessex, à la fois inventé et issu de Histoire médiévale de la région.Les fins sont souvent tragiques ce qui lui a valu une réputation de pessimiste. Pourtant nul mieux que lui n'a dépeint les caractères , conditions sociales et ambitions de la campagne anglaise.

http://farm9.static.flickr.com/8313/8061936623_ca8787016b.jpg

Cottage où est né Thomas Hardy

 

L'histoire


Le Bras atrophié

http://images.arcadja.com/clark_sidney-landscapes_with_shepherd_and_sheep_on~OM10c300~10594_20090122_0316_198.jpg

Laitière pour le compte du fermier Lodge, Rhoda Brook parle peu de ce dernier bien qu'elle l'ait bien connu . Pourtant autour d'elle les autres employés discutent du mariage du fermier Lodge avec une jeune femme qu'il ramène à Holmstoke. Le soir, rentrée chez elle, Rhoda Brook apprend la nouvelle à son jeune fils en ces termes : " demain ton père ramène sa jeune épouse d'Anglebury (...) je m'en vais  t'envoyer faire quelques achats au marché et il est à peu près certain que tu les verras". Car le père de l'enfant est bien l'homme qui a épousé une autre femme, la laissant dans le besoin . Elle lui demande alors de bien observer la jeune femme, à tel point que, les jours passant, elle parvient à se faire une représentation de Mrs Lodge sans même l'avoir vue. Mais un cauchemar vient bientôt éveiller ses soupçons quant à la jeune femme. Elle imagine que cette dernière, sous la forme d'un incube, vient l'étouffer . Rhoda se réveille en sursaut, persuadée d'avoir rejeté avec force le démon en lui empoignant le bras.

Lorsque quelques jours plus tard elle voit Mrs Lodge arriver à sa porte, c'est pleine de crainte qu'elle lui ouvre. Pourtant la jeune femme est venue, en toute bienveillance, apporter à son fils des chaussures neuves. Ce n'est que lorsque Mrs Lodge évoque une douleur au bras et lui montre les marques qui apparaissent en haut du poignet que Rhoda prend conscience de l'ampleur du drame ...

 


Les intrus de la Maison Haute

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e4/Gainsborough-HarvestWagon1784.jpg


Alors qu'il sillonne la route de Casterbridge, se rendant auprès de Sally Halls qu'il compte demander en mariage, Mr Darton évoque avec son ami Japheth Johns son avenir. Ayant accumulé de quoi assurer ses jours et ceux de sa future femme, Mr Darton n'est pas un homme ambitieux et se satisfait de son pécule. Pourtant il a connu dans sa jeunesse d'autres ambitions, en amour du moins, et se souvient avec regret et indifférence à la fois d'une femme qui aurait eu sur lui une emprise importante. "Les femmes supérieures, c'est fini pour moi " se dit-il.

Parallèlement, à la laiterie Halls, Sally et sa mère attendent leurs invités. Le mariage, attendu avec impatience par Mrs halls, est perçu par Sally comme un dévouement auquel elle veut bien consentir mais qui ne lui fait ni chaud ni froid. En effet, la jeune femme n'a aucun mal à s'imaginer vivant seule. Mais la personne qui toque à la porte ce soir là n'est pas Mr Darton et les événements qui vont succéder à cette visite inattendue vont changer le cours du destin de chaque protagoniste ...

 


En vrac et au fil des pages ...

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8a/Wessex.png/400px-Wessex.png

J'ai découvert Thomas Hardy lors de mes études en lisant Tess d'Urberville que je vous recommande vivement. Son univers se situe dans une contrée à la fois réelle et imaginaire : le Wessex. En effet, aucune carte ne mentionne ce pays, issu de l'imaginaire de Hardy , inspiré d'un territoire présent au Moyen äge et pourtant repris dans la réalité car l'auteur a eu l'idée de mêler à des villages imaginaires, des villes existantes.A tel point que l'on a pu ,dans l'Histoire ,percevoir les limites de ce territoire. Une bien étrange histoire qui m'a fait apprécier l'auteur avant de découvrir ses écrits.

Il nous plonge, non pas dans la bonne société anglaise, mais au coeur de la campagne, au milieu des fermiers, des laiteries, autour de personnages en quête d'ascension sociale, souvent déçus ou mal avisés, accablés par leur destin.

Ici la première nouvelle prend des allures fantastiques avec l'intrusion par le cauchemar de figures fantastiques telles l'incube et les mystérieuses marques qui apparaissent sur le bras de Mrs Lodge et ne sauraient disparaitre sans sorcellerie. Pourtant c'est bien l'expression de la fatalité qui guide les personnages et le lecteur sent que l'on s'achemine vers une fin tragique qui surprend et semble logique à la fois. J'ai beaucoup apprécié cette nouvelle pour l'écriture bien sûr mais aussi l'évolution des personnages qu'elle propose. Y est développée l'idée de descendance, de condition sociale élevée ou dépassée par le mariage . Toutefois Thomas Hardy propose un décalage entre les hommes qui décident et agissent et les femmes qui semblent pourtant mener la danse à leur insu.

La deuxième nouvelle est résolument réaliste et s'attache à la condition féminine et la volonté farouche de Sally de conserver son indépendance. Son attitude n'est pas ici jugée mais au contraire saluée comme une affirmation de soi, bien que ne lui apportant pas l'élévation sociale attendue. Le récit dévie un court instant lorsqu'une autre femme apparait et il semble que l'emprise qu'elle a sur Darton relève d'une puissance mystérieuse. Mais cela est bien moins développé que dans la première nouvelle et n'est pas important ici.

Le pouvoir des femmes, qu'il soit occulte, dû à une volonté tenace ou guidé par la colère, prend une large place chez Hardy.

Mais ce qui est beau chez Hardy c'est la description de la campagne anglaise, les paysages, les hommes au travail. C'est une écriture du terroir en quelques sorte.

Si vous ne connaissez pas Tess je vous invite à la découvrir, mais pourquoi ne pas commencer par ces deux nouvelles ?


juin le mois anglais

Retour à l'accueil