http://ecx.images-amazon.com/images/I/51KYDP8DQAL.jpg

La pierre et le sabre, tome 1, Yoshikawa Eiji, collection J'ai lu, 1971, 857 pages

Genre : roman d'aventures

Thèmes : Japon du XVII°S, conquêtes,sagesse, Miyamoto Musashi, légende, samourais

l'auteur en quelques mots ...

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/d/d9/Eiji_Yoshikawa.jpg/220px-Eiji_Yoshikawa.jpg

Né le 11 aout 1892 au Japon, Eiji Yoshikawa est un auteur influencé par les écrits mythiques japonais, comme Le Dit de Heike ou les Chroniques des trois royaumes. Il doit sa renommée à l'écriture de la biographie romancée de Miyamoto Musashi , célèbre samourai devenu une légende, qui sera éditée à des milliers d'exemplaires. De son vrai nom Hidetsugu Yoshikawa, il a commencé sa carrière par des haikus puis des feuilletons. Envoyé spécial en Chine en 1937, il cessera d'écrire après la seconde guerre mondiale durant deux ans avant de reprendre avec la chronique des Heike en 1950.

 

l'histoire

Au milieu de la bataille Takezo est dans son élément. Le sang, la violence ne lui font pas peur. Pourtant"Le monde entier est devenu fou". Nous sommes en l'an 1600 et le clan Tokugawa vient de triompher dans la bataille de Sekigahara. Takezo a 17 ans et s'apprête à commettre l'erreur de défendre son ami déserteur, Matahashi.Devant cet affront il est banni du village et se retire pour apprendre les règles de vie des samourais, la voie du sabre, le Kendo. Pour atteindre la parfaite maitrise de cet art, patience et persévérance seront de mise. Mais Takezo, dans sa quête, va devenir un autre. 

Il faut dire que Takezo est un personnage hors norme, fougueux, violent, sanguinaire. Le long chemin de la sagesse le conduira à affronter de nombreux adversaires mais aussi lui-même dans une retraite de trois ans. Mué en homme juste et droit, il aquerra un nouveau nom, Musashi

En vrac et au fil des pages...

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/2/20/Musashi_ts_pic.jpg

Lu avant Le Clan des otori, ce roman m'avait déjà transportée. Pourtant , il commence de façon violente et propose un cheminement jalonné de combats. Néanmoins le fait de savoir que ce roman était inspiré de la vie d'un vrai Samourai, Miyamoto Musashi, m'a incitée à en poursuivre la lecture.

Nous sommes au coeur du Japon féodal où l'honneur fait force de loi. Le récit prend alors des allures de parcours initiatique, d'autant plus frappant que l'on suit la métamorphose d'une brute sanguinaire en samourai, respectueux de son ennemi. Comme le dit le héros du roman, il a trouvé " la relation entre les arts martiaux et ses propres idéaux de grandeur".

L'écriture est fluide et les actions incessantes apportent les rebondissements nécessaires à la lecture de ces quelques 850 pages. La poésie n'est pas exempte de ce récit puisque les descriptions des paysages évoquent les estampes japonaises. Il est possible aussi que la lecture soit facilitée par le découpage du roman en épisodes. Il faut dire que ce récit a donné lieu à des épisodes télévisés dans lesquels les japonais ont pu retrouver l'homme qui est devenu une légende du floklore nippon, Miyamoto Misashi, auquel l'auteur a donné une seconde vie.

Les personnages impliqués dans ce récit , les repères historiques, sont avérés. Le tout est évidemment romancé pour les besoins de l'histoire mais l'on prend plaisir à découvrir ou redécouvrir cette période qui m'a rappelé un film vu et apprécié voilà longtemps : Shogun.

Il existe une suite, La Parfaite lumière, que je ne suis pas certaine de lire car je dois avouer que ma lecture du Clan des Otori m'a subjuguée, dans un autre style bien entendu mais je préfère poursuivre par le troisième tome de cette dernière saga.

Je vous recommande tout de même cette lecture, enrichissante sur le plan historique.

bannière1-challenge-2013

Retour à l'accueil